LES ANGLAIS Made in Coeur de Bastides

Retour liste
Thibault 14 ans et sa famille

Thibault 14 ans et sa famille
Gemma la maman (45 ans), Alex le papa (46 ans), Caspian le grand-frère (17 ans), Sacha la petite soeur (7 ans) et Aiki le chiot (5 mois)

 

Qu’est qui vous a amené à venir vivre en Coeur de Bastides ?

Alex : J’ai beaucoup voyagé à travers l’Europe pour travailler sur des festivals de musique, toujours en gardant à l’esprit de trouver une vieille maison en ruine à retaper. On en a vue plusieurs en Italie, en Espagne et ici aussi en France mais finalement nous avons fait des rencontres en Coeur de Bastides qui nous ont amené à revenir plusieurs fois ici, et un beau jour nous l’avions trouvé : notre maison à retaper ! Il fallait être courageux, il n’y avait quasiment plus rien, pas de chemin pour y accéder, pas de toiture… juste les murs (rire) ! Mais cette maison avait quand même une âme avec ces colombages et son torchis, elle faisait partie du patrimoine français !

Et donc vous l’avez retapé de vous-même ?

Alex : Oui, je trouve l’approche de l’ancien intéressante alors j’essaye de la rénover au maximum en respectant les techniques de construction d’autrefois qui lui ont permis de tenir debout pendant 400 ans jusqu’à aujourd’hui. C’est un travail très manuel qui était fait en équipe qui m’a permis de me rendre compte de ce qu’était capable de faire les Hommes à cette époque sans l’aide technique que nous connaissons aujourd’hui avec les outils mécaniques, les moteurs… c’est fou ! La meilleure des preuves c’est que notre maison tient toujours debout et pour quelques années encore j’espère (rires).

Comment s’est passé votre intégration, l’accueil des locaux ?

L’avantage de travailler dans la musique c’est qu’on ne travaille pas tout seul. On est en relation avec les autres, avec des musiciens et des techniciens, on se fait des copains assez rapidement grâce à cette passion commune. Et bien sûr, travailler ici oblige de travailler avec les locaux, un travail isolé n’est pas possible. La musique permet de s’intégrer socialement aussi parce qu’elle est universelle. Il n’y a pas besoin de parole parfois pour se comprendre et partager de bons moments. La musique s’apprécie pour ce qu’elle est et rapproche les gens.

Et toi Thibault ?

Je suis arrivé en maternelle, j’étais un peu perdu parce que je ne connaissais pas trop le français, mais je me suis fait assez vite un copain canadien qui parle anglais et français. On est resté ensemble et avons appris à nous intégrer ensemble ce qui m’a bien aidé. Depuis, j’ai appris à parler le français et je me suis fait plein d’amis, du coup je connais toutes les personnes de mon âge par ici, je me suis très bien intégré, les gens sont vraiment sympas ! Et puis je pratique du sport aussi ça aide. Je fais de l’aïkido au club de Saint-Etienne-de-Villeréal et du jujitsu au club de Villeréal. Je suis d’ailleurs double champion de France de jujitsu #ChampionMadeInCoeurDeBastides !

Ah oui quand même ! Et ça aide pour séduire les petites françaises ?

J’aime pas trop dire que je suis champion de France de jujitsu parce que les garçons veulent m’affronter pour voir qui est le plus fort, et je ne veux vraiment pas faire ça, je garde l’esprit calme… mais c’est vrai qu’avec les filles, quand je leur dis ça, ça aide ! (sourire)

Et si Teddy Riner vient t’entrainer, qu’est-ce que tu aimerais faire avec lui ? Tu lui montrerais quoi de Coeur de Bastides pour qu’il en garde un bon souvenir ?

Je pense que je lui montrerais notre club local, parce qu’on aime le jujitsu et les arts martiaux par ici. Les clubs dont je fais parti sont vraiment cool, il y a de bons sensei*, du coup je lui montrerais nos clubs et ce que l’on fait dans nos cours. Après, ce que j’aimerais faire avec lui … ? Le voir se battre contre mon père (rire général). *un maître en arts martiaux qui donne son enseignement à un élève

Alex, qu’est-ce qu’il vous manque le plus de l’Angleterre ?

Alex : Je suis né à Londres donc on ne va pas comparer la vie à ici parce que cela n’a rien à voir, Londres est une ville qui bouge 24h/24 et ici c’est un milieu rural, mais à l’inverse ce que j’apprécie vraiment ici c’est que les gens sont vrais. À Londres ou dans les grandes villes, les gens n’ont pas trop le sourire, ils marchent dans la rue en regardant leurs chaussures, il n’y a pas d’échanges. Ici, il existe vraiment une chaleur humaine et l’interaction avec les personnes est bien meilleure à la campagne. Et puis ici, on prend plus le temps, on profite vraiment des choses de la vie, on est moins « speed » (sourire) !

Qu’est-ce que vous adorez faire ici que vous ne pouvez pas faire en Angleterre ?

Les limites de vitesse sont plus élevées en France qu’en Angleterre et il y a moins de radars de vitesse… donc on peut plus appuyer sur le champignon (rire).

Du coup, vous avez prévu de retourner un jour en Angleterre ou Coeur de Bastides c’est tellement bien que vous compter y rester toute votre vie ?

C’est difficile à répondre…. On est arrivé ici sans trop y penser, on ne savait pas qu’on allait y passer autant de temps. Mais finalement aujourd’hui, on est bien installé, les enfants vont à l’école ici et se plaisent, c’est le plus important à l’heure actuelle. Et puis on a construit notre maison, on y est vraiment attaché. A côté il y a le studio d’enregistrement dans lequel je travaille. On ne peut pas tout quitter comme ça, donc pour l’instant on est plutôt fixé ici avec plaisir.

Et puis vous avez créé des attaches et construits des souvenirs ici ?

Alex : C’est ça ! Notre plus beau souvenir, c’est surement notre mariage avec Gemma. On s’est marié dans une mairie locale, et après on a fait une grande fête avec les copains qui venaient de toute la France, c’était super ! On adore Coeur de Bastides !

Laissez vos commentaires